Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

Souriez, c’est bon pour la santé ! Escapade au pays du sourire.

Une récente enquête menée par des chercheurs de l’université américaine de Wayne, en Californie, montrerait que plus on sourit et plus on a de chance de vivre longtemps…Plusieurs chercheurs ont étudié 230 photos de joueurs de base-ball , prises en 1952. En fonction de l’attitude des personnes photographiées, les clichés étaient rangés en trois catégories distinctes : “aucun sourire”, “sourire partiel” et “grand sourire”. Ensuite, les chercheurs ont observé et calculé l’espérance de vie des individus de chaque catégorie. Ils avaient sur les personnes photographiées un certain nombre de renseignements. Les personnes présentes dans la catégorie “aucun sourire” sont en moyenne décédées à 72,9 ans. Cet âge a grimpé à 75 ans pour la deuxième catégorie tandis que les individus placés dans la catégorie “grand sourire” sont morts en moyenne à 79,9 ans. Soit tout de même une différence d’environ sept ans entre les uns et les autres. Cette étude serait la première démontrant que les émotions entretiennent une relation positive avec la santé mentale, la forme physique et la longévité. D’autres enquêtes ont corroboré ces observations. Sourions donc si nous voulons vivre longtemps ! Il est sans doute plus enviable d’avoir quelques petites rides d’expression provoquées par des rires, des sourires ou des clins d’œil plutôt que d’avoir un visage trop lisse et figé !

En physiologie, un sourire est une expression du visage qui se forme par la tension des muscles, particulièrement aux deux coins de la bouche mais aussi autour des yeux. Il exprime généralement le plaisir, la sympathie, l’affection, voire l’ironie, l’amusement. L’enfant sourit “aux anges”. Souriez-vous en coin ? Tous les humains savent sourire et rire dès la naissance. Cela ne s’apprend pas. C’est inné. Certains primates rient, mais pas de la même manière que les humains.

Les japonais ont inventé le “souriromètre”. Il mesure l’intensité des sourires sur une échelle de 0 à 100. Le système comprend un ordinateur, des capteurs et une caméra. La constitution d’une banque de données contenant plus de cinq millions d’images aurait permis de mettre au point un système détectant les changements d’expression les plus subtils. Le « souriromètre » effectue ses mesures à partir d’une trentaine de paramètres faciaux tels que le plissement des yeux, le mouvement des lèvres ou le degré d’ouverture de la bouche.

Sur internet, on trouve tout, et même l’évocation d’un musée du sourire qui serait le premier musée virtuel d’art contemporain. Il montre par exemple une série de portraits de personnages souriants comme celui d’Ebih II, intendant de la cité antique de Mari, Sumer (actuelle Syrie) vers 2400 avant J-C et qui serait le plus ancien sourire de l’histoire de l’art présenté au Musée du Louvre, où l’on contemple aussi l’énigmatique sourire de la Joconde !

“J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé” aurait dit Voltaire dans un même ordre d’idée.