Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

Mieux vaut (bien) manger que guérir

Ce que nous mangeons a un impact direct sur notre santé. Si cette observation est évidente pour des maladies comme l’obésité, c’est également vrai pour le cancer. Pour certains spécialistes, la composition de nos repas contribuerait pour 40 à 60 % à l’apparition de tumeurs.

Mais il est plus simple, parfois, pour certains médecins de prescrire des médicaments plutôt que de mettre en place un changement d’habitudes et de régime alimentaire, ce qui demande du temps et un dialogue avec le patient. Et quelques patients, de leur côté, dubitatifs face à des mesures diététiques, peuvent être rassurés par la prescription de médicaments, faciles à absorber.

Selon certaines études et le Fonds mondial de recherche sur le cancer, plus d’un cancer sur trois pourrait être évité en France chaque année grâce à une bonne alimentation. Globalement, il ne faudrait pas prendre plus de 5 kg au cours de sa vie d’adulte. La viande ne devrait pas dépasser plus de 10 % des apports énergétiques totaux. La volaille et le poisson sont recommandés. Côté alcool, il ne faudrait pas dépasser deux verres par jour pour les hommes et un verre pour les femmes. Mais le vin (comme le thé) contient de bénéfiques antioxydants… Attention au sel, pas plus de 6 g par jour, et donc, il est recommandé de ne pas abuser de certains plats cuisinés, tout prêts, qui en contiennent un peu trop. Dernièrement, les fabricants semblent avoir pris conscience de ce fait et rectifient les teneurs en sel. On peut aisément recourir aux herbes et aux épices “rehausseurs de goûts” et joyeux créateurs de surprises si on veut mettre des pointes exotiques dans certains plats.

L’excès de cholestérol toucherait plus d’un tiers des Français. Des repas sains, équilibrés et variés représentent une assurance-vie pour nos chères artères. En trente ans, les Finlandais ont réussi à faire baisser les maladies cardiovasculaires chez les hommes en modifiant leurs habitudes alimentaires. Le gouvernement, prenant compte des études qui préconisaient la réduction des matières grasses saturées, a préconisé l’augmentation des fruits et légumes et l’exercice physique. Diverses mesures ont été prises pour faciliter une alimentation plus saine.

Des experts américains ont sélectionné dix aliments qui devraient figurer dans nos repas : l’amande, la pomme, la myrtille commune, le brocoli, la lentille rouge, le saumon, les épinards, les pommes de terre, les jus de légumes, les grains de blé. Beaucoup évoquent le thé vert, boisson de base en Asie nommé “élixir de vie” par les Chinois. D’autres misent tout sur l’alimentation biologique…

Il n’existe pas d’aliment ou de recette miracle. En revanche les bienfaits de certains types de régimes alimentaires ont été reconnus : c’est le cas du régime crétois, particulièrement équilibré, sain, riche en fruits et légumes frais ou secs et en céréales. Régime pauvre en graisses animales, l’huile d’olive constitue la principale source de lipides. Poisson, viande blanche et œufs sont consommés plusieurs fois par semaine. Fromage blanc de chèvre et de brebis sont les produits laitiers les plus présents.

Si l’on prend l’exemple du soja, il serait un bon allié des femmes ménopausées mais il est difficile de connaître l’efficacité réelle de ce végétal. Restons-en donc au bon sens ! Alimentation variée, sainement cuite, consommation régulière de fruits et légumes… Mangeons lentement, à heures fixes, mâchons bien les aliments, cuits à bonne température et ayant respecté la chaîne du froid, hydratons-nous bien. Il faut aussi lire les étiquettes. Et comme toujours, évitons le stress, accélérateur de cancer, le tabac, les excès d’alcool, de sucreries et faisons toute l’année et le plus souvent possible de l’exercice !

“Chaque jour, à tout point de vue, je me sens de mieux en mieux” Dr Coué !