Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

Les seniors au volant

Elément de protection supplémentaire, de discrimination, de respect ? Les aînés seraient-ils séduits par cette initiative ou au contraire y seraient-ils tout à fait hostiles ?

«  Depuis toujours, l’amour que je porte à mes grands-parents et à ma mère m’a sensibilisé à leur respect et à leur confort  » confie Gilles Renard, créateur du logo disponible sur le site signalsenior.com pour 3  €. Pour lui, ce disque n’est pas une discrimination mais une protection par l’identification. L’autocollant présente un cercle blanc avec en son centre un grand «  S  » rouge.

La durée de vie s’allonge et les seniors sont de plus en plus nombreux à conduire dans le monde. En France, un Français sur six est âgé de 65 ans et plus, ce qui représente aujourd’hui quelque 8 millions d’automobilistes… et beaucoup plus demain. Le kilométrage moyen de ces conducteurs a augmenté de 25  % ces dix dernières années. Au-delà de 70-80 ans, le risque accident par km parcouru augmente. D’après certaines études, les accidents dans lesquels ils sont impliqués surviennent le plus souvent la semaine, de jour, avec au moins deux véhicules et à l’approche d’intersection, dès que le trafic s’intensifie. Le bureau suisse de prévention des accidents a réalisé une étude sur l’analyse des accidents impliquant des seniors. Certes, à un certain âge les réflexes, la mobilité, la vue, l’ouïe sont émoussés, il y a aussi le diabète, le risque d’Alzheimer et la prise de médicaments, mais nombreux sont ceux qui compensent les effets du temps qui passe par une extrême prudence, une vitesse limitée, l’expérience, une voiture en bon état, une bonne hygiène de vie qui les maintient en forme longtemps, voire très longtemps. En Suisse, les plus de 70 ans sont tenus de se rendre tous les deux ans chez un médecin afin de se faire confirmer leur aptitude à la conduite.

Certaines personnes âgées ont du mal à abandonner la conduite. Elle est un symbole d’autonomie, d’indépendance, de liberté. Ce sont les membres de la famille qui le plus souvent prennent des initiatives lorsqu’ils s’aperçoivent que les choses se dégradent. Le covoiturage peut être une solution. Beaucoup de seniors utilisent relativement peu leur voiture et notamment pour les courses, les consultations médicales, des visites à des amis, des réunions au club.

Dans l’Oregon, une Américaine a mis au point un système intitulé  : «  Réseau de transport indépendant  ». Le principe  : l’aîné échange son véhicule contre un crédit de transport gratuit avec chauffeur, utilisable n’importe où, n’importe quand. Lorsque le crédit s’épuise, des proches peuvent «  recréditer  » le compte de la personne âgée, soit par le biais de dons financiers soit en devenant bénévole de l’association.

Sans doute un exemple à suivre…