Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

Le tai-chi-chuan, un art martial bon pour la santé.

Lentement, régulièrement, avec concentration et application, les pratiquants se livrent à cet art martial chinois d’inspiration taoïste. Les mouvements sont fluides et bien coordonnés. Ils ont à la fois une application martiale (esquives, parades, frappes, saisies…) et une application énergétique. Le tai-chi-chuan ou tai-chi en tant qu’art martial « interne » insiste sur le développement d’une force souple et dynamique, appelée « jing » par opposition à la force physique pure appelée « li». L’observateur a parfois l’impression que le pratiquant « lutte contre une ombre ». Sa propre ombre ?

En tous les cas, le tai-chi serait un trésor de bienfaits et praticable de 7 ans à de multiples printemps et il serait bon pour la santé cardiaque des seniors. La récente étude a été réalisée par des chercheurs de Hong-Kong et elle a été publiée dans la revue « European journal of preventive cardiology ». La recherche a été menée à Hong-Kong auprès de seniors qui pratiquaient dans un club de tai-chi au moins 90 minutes par semaine depuis trois ans et dont la santé a été comparée à un groupe témoin. Au total 65 sujets ont été observés. Les résultats ont montré que les premiers avaient une meilleure tension artérielle et une meilleure compliance artérielle, c’est-à dire la capacité des artères à se dilater, ce qui est un important indicateur de la bonne santé du système cardio-vasculaire. En outre, l’indice de masse corporelle, c’est-à-dire le rapport entre le poids et la taille d’une personne, était également plus bas chez les adeptes du tai-chi que chez les autres participants à l’étude.

Le tai-chi permet de gérer le stress et de retrouver le calme et la sérénité dans un monde de plus en plus rapide et désorganisé.

En France, on recenserait environ 50 000 pratiquants de cette discipline ancestrale, qui combine mouvements lents et précis, étirements et maîtrise de la respiration. Certains cardiologues préconiseraient le tai-chi au même titre que la marche ou le vélo dans le cadre de réadaptation cardiaque. Il serait également dit que quel que soit son âge on peut progresser dans cet art. D’aucuns le prescrivent aussi à certaines personnes handicapées.

Allez-vous rejoindre les rangs de ces « sages sportifs» à la recherche d’une certaine forme d’éternelle jeunesse ou tout au moins d’un appréciable maintien en bonne forme ?