Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

Le « Bookcrossing » : lire et faire lire…

Ce phénomène de « passelivre », de « bookcrossing », appelé aussi BC ou BX est un concept mondial.
Il consiste à faire circuler des livres en les « libérant » dans la nature pour qu’ils puissent être retrouvés  et lus par d’autres personnes qui les transmettront à leur tour à d’autres lecteurs.

C’est Ron Hornbacker qui aurait eu l’idée de créer « Bookcrossing » en 2001. Et très vite son site  internet a connu un fort développement. Arrivé en France en 2003, le phénomène aussi gagne du terrain avec des  milliers de membres et d’ouvrages répertoriés.

 

Le principe consiste à enregistrer le livre sur internet et à coller une étiquette comportant un numéro «  BCID » et quelques explications sur le « bookcrossing ». Le « libérateur » peut suivre le voyage de son livre  et voir ce que les autres lecteurs en ont pensé, à condition bien sûr que les personnes qui auront  trouvé le livre contactent le site internet.

Le « bookcrossing » est également un déclencheur de rencontres. En effet, des groupes locaux se  rencontrent autour d’Assembly of bookcrossers (ABC), le plus souvent mensuelles, et en France, de megabookcrossing (MBC). Pendant deux heures, des participants « libèrent » leurs livres dans un parc.  C’est l’occasion de nombreux échanges, de visites, de jeux de piste en lien avec la littérature. C’est  encore mieux que la chasse aux oeufs de Pâques !

« Êtes-vous membre d’un club de lecture ? –  Le « bookcrossing » est une merveilleuse nouvelle  activité pour les groupes de lecture de tous types et tailles. N’oubliez pas d’en parler à votre prochaine  réunion » préconise le site bookcrossing.com qui a juste la petite ambition de faire du monde une bibliothèque. Ce site miroir est le résultat du travail de « bookcrosseurs », on pourrait dire de passeurs  de livres francophones et bénévoles désireux de faciliter l’usage de ce concept à ceux qui ne parlent  pas anglais.

Les éditeurs et auteurs soutiennent-ils la démarche de « bookcrossing » ? Pertes possibles de ventes pour les uns ? Façon d’économiser de l’argent pour les autres ? Il paraîtrait que certains membres achètent deux exemplaires de chaque livre afin de pouvoir en garder un et de « libérer » l’autre dans la nature !