Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

«Granny au pair» : les jeunes filles au pair ne sont plus ce qu’elles étaient !

Avoir une jeune fille chez soi qui s’occupe chaque jour et pendant plusieurs mois de vos enfants contre l’apprentissage d’une langue et la pension complète, voici une formule appréciée et pratique qui a fait ses preuves depuis longtemps. La «concurrence» arrive avec de jeunes «granny» (mamie en anglais) qui vont elles aussi franchir les frontières pour s’occuper de jeunes enfants contre soit de la monnaie sonnante et trébuchante, bienvenue pour arrondir une retraite en peau de chagrin, soit une pension complète, un rappel linguistique, pratiqué à l’école ou en entreprise et un retour à une activité utile, excellente pour justement garder ses vingt ans… au moins dans sa tête !

L’idée semble fort intéressante. Des mamies de 50 ans et bien plus, bon pied, bon oeil, moral d’acier sont prêtes à quitter leur pays pour venir s’installer dans des familles et s’occuper des enfants. Les couples parfois craignent l’inexpérience des jeunes filles. Aussi pourraient-ils se tourner vers des «granny au pair» en bonne santé, expérimentées, efficaces et sérieuses, bonnes animatrices de jeux, narratrices accomplies et habiles pâtissières par exemple ! L’ouverture internationale n’est pas un point négligeable non plus à l’heure où les langues sont si importantes et à un âge où on absorbe comme une éponge des langues étrangères. Se sentir utile et valorisée est un axe d’équilibre et de santé surtout si la personne au pair est bien intégrée dans la famille. Aujourd’hui, beaucoup trop d’enfants fréquentent peu ou pas leurs aïeux.

«Famille vivant en Australie avec deux enfants de 4 et 2 ans cherche pour trois à six mois une mamie allemande de remplacement». En Allemagne, les petites annonces pour recruter des grands-mères au pair se multiplient. Plutôt que le jardin, le tricot, la belote avec toujours les mêmes personnes, pourquoi ne pas mettre un nouveau challenge dans sa vie ? «L’idée, c’est d’offrir une perspective après une vie professionnelle ou une vie familiale» explique Michaela Hansen, la fondatrice de l’agence de Hambourg où le mouvement est né. La mamie allemande jouit dit-on d’une bonne réputation à l’étranger. Les familles apprécient ces femmes «sérieuses et fiables à qui on peut confier son enfant en sachant qu’elle sera ferme si nécessaire» relève Mme Hansen.

Ainsi, à peine retraitée, une dame qui avait répondu à une petite annonce de l’agence et avait décidé de partir s’occuper des enfants d’une famille allemande en Andalousie affirme : «J’ai une vie super là-bas. Mon travail consiste à emmener les deux garçons de 13 et 16 ans à l’école le matin et à aller les chercher le soir». Le courant est si bien passé que la jeune mamie au pair retourne périodiquement s’occuper des enfants quand les parents sont en voyage.

www.granny-aupair.com