Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

Fil en folie

Salon International des Arts du FilAvec 250 exposants venus du monde entier, le Salon International des Arts du Fil (connu également sous l’appellation L’Aiguille en fête) est devenu un rendez-vous incontournable pour les amateurs, et surtout les amatrices, de couture, tricot, crochet, broderie et autre patchwork. Comme ses devancières, cette 12e édition va sûrement connaître un énorme succès (45 000 visiteurs l’an dernier). Car ce loisir ancestral a su évoluer pour intéresser un public de plus en plus large tout en conservant ses atouts traditionnels. Aujourd’hui, les magazines spécialisés évoquent aussi bien le travail de créatrices comme Mademoiselle Sophie (devenue mondialement célèbre pour son « trendy châle » et son fameux blog « Breaking the wool »), Odile Baillœul, Patricia Linder ou Cécile Franconie, que les techniques classiques pour réaliser l’écharpe de son petit-fils ou une jolie broderie au point de croix. Connues ou pas, les artistes du fil ont découvert cette passion sur les genoux de leur grand-mère. C’est dire l’importance de la transmission…

Tricot Thé ou Serial crocheteuse

Car les outils de cette passion textile n’ont guère évolué depuis la nuit des temps, en tout cas pour la création individuelle et non industrielle. L’invasion des métiers à broder informatisés n’est pas pour demain et les bonnes vieilles aiguilles ont encore de belles années devant elles. Mais désormais, nombre de tricoteuses-crocheteuses cherchent à se regrouper dans leur région pour « travailler » ensemble, échanger des astuces et des modèles. L’enseigne anglo-saxonne Ravelry fonctionne, via Internet, comme un lieu de rendez-vous et d’informations (attention, il faut s’inscrire avant toute démarche) pour certains groupes de pratiquantes. Mais c’est sur le plan régional que cela fonctionne le mieux. Ainsi, le label Tricot Thé fait le lien entre les adeptes de Lille, Metz ou Angers (voir site Internet selon votre région). Plus pittoresque, les « Serial crocheteuses » est un projet de la spécialiste Isabelle Kessedjian qui lance chaque semaine un défi avec la création d’un ouvrage sur un thème donné. Des « artistes » de la France entière montrent alors une imagination et un savoir-faire étonnants. Côté couture, dont les origines remontent à l’ère paléolithique (il fallait bien relier entre elles les peaux animales), la révolution date de 1830 avec la création de la première machine capable de coudre 200 points à la minute. Aujourd’hui, elles sont électroniques et font passer nos vieilles Singer pour des antiquités. Mais les amoureuses de la navette sont encore légion et certaines même créent toujours leurs propres vêtements.

De la haute-couture pour chiens

Un exemple parmi d’autres, celui de Yolanda Malka, une senior dynamique qui a créé sa marque de haute-couture… pour chiens : Joy of a Toy. Celle qui a vendu ses dessins à Courrèges, connu les heures de gloire du Sentier et conçu des centaines de patrons pour des boutiques parisiennes, est aujourd’hui loin de la capitale. Depuis sa maison du Gers, elle conçoit des t-shirts, des manteaux et même des pyjamas pour nos chers compagnons à pattes. Autre tendance, autre folie : le tricot urbain ou tricot-graffiti ou encore « yarn bombing » en anglais. C’est une forme de « street art » (art de rue en bon français) en plein essor. Il s’agit d’investir la ville et de couvrir le mobilier urbain (bancs, ponts, arbres…) de tricots géants. L’objectif est d’habiller les lieux publics afin de les rendre moins impersonnels.
À Suresnes, en région parisienne, plus d’une cinquantaine de personnes se sont ainsi prises au jeu pendant six mois. Sous la direction du scénographe Michel Horchman, elles ont tricoté des centaines de petits carrés de laine colorés, selon un code fourni par l’artiste, afin de constituer la matière d’une œuvre éphémère. n

Pour en savoir plus :

Salon International des Arts du Fil, du 12 au 15 février, Parc des Expositions, Porte de Versailles, Paris.

www.breakingthewool.com

« Un instant dans mon atelier » par Cécile Franconie (Éditions Le Temps Apprivoisé).