Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

Ethylotest obligatoire dans les voitures à partir du 1er juillet

« Tout conducteur d’un véhicule terrestre à moteur, à l’exclusion d’un cyclomoteur, doit justifier de la possession d’un éthylotest, non usagé, disponible immédiatement » indique le décret qui précise : « l’éthylotest mentionné au premier alinéa respecte les conditions de validité, notamment la date de péremption, prévues par son fabricant ». Vous voici averti et votre boîte à gants va « s’enrichir » d’un nouvel élément de sécurité.

Des éthylotests anti-démarrage équipent les autocars neufs depuis le 1er janvier 2010 et ils doivent être installés sur l’ensemble du parc pour la rentrée scolaire 2015. Cet appareil impose au conducteur de souffler dans un éthylotest couplé au démarreur.

Il est recommandé d’utiliser des éthylotests bénéficiant de la norme « NF » pour plus de sûreté. Ils sont vendus dans les grandes surfaces, bureaux de tabac, pharmacies, stations-services, à l’Automobile Club de France, dans des compagnies d’assurance…

Pour vérifier votre état en sortant d’une joyeuse petite soirée par exemple, vous pouvez utiliser un alcootest avant de prendre le volant. Le seuil maximal d’alcool est atteint une heure après avoir consommé le dernier verre, alors, dans la mesure du possible, il faut attendre ce délai avant de se tester.

L’alcool au volant représenterait 31 % des accidents mortels. Ce sont 3 970 personnes qui ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine en 2011, en baisse minime de 0,55 % par rapport à 2010. L’année 2011 a été la dixième année de chute consécutive de la mortalité routière.

Un quart des hommes de plus de 40 ans boit de l’alcool tous les jours et les femmes ne sont pas épargnées par ce phénomène.

La conduite est interdite au-delà du seuil de 0,5 g d’alcool par litre de sang. Si votre taux d’alcoolémie est compris entre 0,5 et 0,8 gramme par litre de sang, vous risquez une amende forfaitaire de 135 euros ainsi qu’un retrait de points sur votre permis de conduire.

En cas de comparution devant le tribunal, vous risquez également une suspension du permis de conduire. Si votre taux d’alcool dépasse 0,8 gramme par litre de sang, vous risquez deux ans d’emprisonnement et 4 500 euros d’amende.

Si l’automobiliste est seul ou si aucun passager ne peut le remplacer au volant, la voiture est immobilisée. En fonction des résultats de l’analyse de sang, votre permis peut être suspendu administrativement (par le préfet) pendant six mois maximum.

Attention, en cas d’accident, vous pourrez aussi avoir des problèmes avec votre assureur (majoration de votre cotisation ou d’autres dispositions).

Boire ou conduire, il faut plus que jamais choisir !