Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

Comment choisir son animal de compagnie

Comment choisir son animal de compagnieChampionne d’Europe des animaux de compagnie, la France en compterait plus de 61 millions, soit presque autant que le nombre d’habitants. Et les aînés participent activement à cette place de leader continental. Par tradition familiale, par choix quand les enfants sont partis ou à l’heure de la retraite, l’arrivée d’un nouveau compagnon à poil ou à plumes est toujours synonyme d’affection et, bien sûr, de compagnie. Car celui ou celle qui partage votre quotidien porte bien son nom.
Malheureusement, il n’a pas la même durée de vie que nous. Alors, on a souvent plusieurs chiens, chats ou canaris durant son existence. Et si l’on devait en choisir un nouveau, quels seraient nos critères de choix ? Petit guide pour ne pas se tromper…

Un bon moyen de se maintenir en forme

D’abord, adopter un animal n’est jamais un acte anodin. C’est une responsabilité, un réel engagement qui ne doit pas être pris à la légère. Plusieurs critères entrent en ligne de compte. Bien sûr, le premier d’entre eux est votre affinité avec tel ou tel animal, mais également votre état de santé et vos habitudes de vie au quotidien.

Car il ne faut jamais oublier qu’un animal de compagnie demande à être soigné (les frais médicaux peuvent être importants), nourri et promené lorsqu’il s’agit d’un chien. C’est pourtant bénéfique pour l’un comme pour l’autre si l’on s’investit complètement. Cela permet de s’offrir une à plusieurs balades quotidiennes, et donc de se maintenir en forme, tout en étant récompensé par un lien affectif fort et bon pour le moral. Pour les personnes handicapées, la présence d’un animal adapté, comme c’est le cas avec un chien spécialement éduqué, est un bienfait incomparable.

Un chien aux mensurations contrôlables

Vous l’avez compris, le chien est l’animal plébiscité au moment du choix. Mais point de pittbulls, de bergers allemands ou de labradors à l’horizon. Car ils demandent une grande force physique quand on les tient en laisse et ils veulent souvent aller discuter « nonosse » avec un camarade de jeux. On leur préférera des races aux mensurations plus raisonnables et plus contrôlables comme le caniche, le bichon ou le chihuahua. Il faut quand même être vigilant et éviter que le chien, même petit, reste au pied du lit ou de la chaise pour prévenir les chutes. En cas de mobilité restreinte, on optera plutôt pour un chat, animal très indépendant mais affectueux. Il faut éviter les races à poils longs (himalayen, persan ou ragamuffin) qui demandent beaucoup de soins, surtout en toilettage. Il faut également penser à le faire castrer (ou stériliser, si c’est une femelle) pour être tranquille pendant les périodes de chaleurs.

Les lapins et les hamsters sont à éviter

D’autres animaux, comme les oiseaux, ont aussi leurs amateurs. Ils ne prennent pas beaucoup de place et peuvent faire entrer un air de gaité dans la maison. Autres bêtes en cage, les lapins ou les hamsters sont à éviter, voire à proscrire, car ils nécessitent beaucoup de travail de nettoyage et ont une durée de vie très courte. Les poissons, eux, ont besoin d’un équipement souvent onéreux dont le nettoyage nécessite certaines connaissances techniques. Au même titre que les tortues, les reptiles et autres NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie), on appréhende plus difficilement leurs marques de tendresse et d’affection. Car, on le sait, le bonheur complice avec un animal passe par le contact et les échanges. Une adresse incontournable pour en savoir plus, celle de la SPA (Société Protectrice des Animaux), 01-43-80-40-66 et sur www.spa.asso.fr