Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

Le coloriage ravive les passions

Coloriage chats et félinsIl est vieux comme le monde et provoque un engouement incroyable depuis quelques mois dans les librairies. Le coloriage, sous forme de cahiers, carnets et autres revues, envahit les linéaires. Et nos chères petites têtes blondes ne sont pas concernées par le phénomène car les modèles proposés sont parfois si sophistiqués que seuls les adultes peuvent s’y consacrer. Alors on sort sa vieille trousse remplie de crayons de couleurs et l’on attaque ! Attention, il paraît que si l’on commence on ne peut plus s’arrêter. Car ce hobby est anti-stress et même antidouleur. Cherchons à en savoir plus…

L’aventure débute en février 2013 avec la sortie en France de « Jardin Secret » (Marabout), l’adaptation d’un ouvrage à succès de Johanna Basford. Ce magnifique album, qui invite au coloriage de modèles très fins de plantes, fleurs et autres jardins, connaît un franc succès en France, et dans de nombreux pays anglo-saxons. Dans la foulée de ce best-seller, plusieurs éditeurs font appel à des artistes pour décliner ce concept dans une multitude de carnets. Le coloriage pour adultes est lancé.

Un effet relaxant incomparable sur les adultes

Mais d’où vient cette envie irrépressible de remplir de couleurs de jolis dessins en noir et blanc ? Essentiel pour le développement psychomoteur de l’enfant, le coloriage leur permet aussi de se détendre. Et c’est cette notion de relaxation incomparable qui apparaît en premier lieu dans tous les témoignages des colorieurs adultes. Ceux-ci ont généralement commencé leur « carrière » en coloriant des mandalas. Késako ? C’est un terme sanskrit qui signifie cercle, sphère. Et ce diagramme est toujours rempli de symboles. Dans le bouddhisme, il devient une œuvre d’art d’une grande complexité et est essentiellement utilisé pour… la méditation. Aujourd’hui comme hier, l’effet relaxant est assuré par la concentration nécessaire pour colorier avec application toutes ces formes géométriques. Certains passionnés en oublient même leurs maux et/ou douleurs pendant de longs moments. De là à assimiler le coloriage à de « l’art-thérapie » (ou comment se soigner par une pratique artistique), il n’y a qu’un pas que les aficionados ont déjà franchi.

Créer sa propre œuvre sans savoir dessiner

L’autre effet bénéfique de ce loisir est lié au fait de pouvoir créer sa propre œuvre sans même savoir dessiner. Dans certaines familles s’est même installée une véritable compétition entre enfants, parents et grands-parents sur des modèles simples. Mais pour cela, il faut se doter du bon matériel. Deux clans s’opposent : les chevaliers du crayon de couleur et les partisans du feutre. Pas de guerre de cent ans en vue, les deux font l’affaire. Gare quand même au feutre qui diffuse rapidement son encre dans les fibres du papier et est doté de couleurs parfois trop vives. Le crayon de couleur est plus technique. Il permet de varier les nuances et même de superposer les couches de couleurs. Bref, du grand art ! Les plus téméraires tenteront de colorier avec des crayons aquarellables. À l’aide d’un pinceau humide, on repasse sur la surface coloriée pour obtenir de jolis dégradés. On peut aussi opter pour le crayon gras de notre enfance qui est assez facile d’utilisation et apporte une texture originale. Enfin, certains poussent le raffinement jusqu’à coller du sable sur certaines parties du dessin comme le font les moines bouddhistes sur les mandalas. Mais l’ennemi naturel du colorieur demeure le fameux débordement, qui devra être banni à tout jamais. Il ne faut pas hésiter à éloigner toute source de choc (chien, chat, petit-enfant câlineur, conjoint prévenant qui vous apporte une tasse de thé) pour ne pas risquer un écart fatal hors du modèle.

Près d’un million et demi d’albums vendus

On trouve aujourd’hui une immense variété de modèles. Les thèmes sont innombrables (animaux, fleurs, paysages, engins volants, etc.) et les supports des plus variés (calendriers, posters, carnets aux feuilles détachables, etc.). Côté achat, on peut se tourner vers les grandes enseignes comme la FNAC, Amazone ou Cultura, mais on privilégiera le plaisir de fouiner dans les rayons spécialisés pour trouver l’album ou le carnet coup de cœur. En dehors des librairies classiques, les magasins Nature & Découvertes proposent une belle panoplie d’ouvrages de qualité. Si la collection Art-thérapie d’Hachette (près d’un million et demi d’albums vendus à ce jour) est celle qui connaît le plus grand succès, on peut aussi apprécier les livres publiés chez Larousse (Dessain et Tolra) avec des titres-phares comme « Inspiration Jardin » ou « Inspiration Zen ».

Mais une multitude d’autres titres reste à découvrir pour continuer à s’amuser, euh pardon, à colorier.