Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

Chauffage, le retour du poêle à bois

chauffage bois

Moderne et élégant, le poêle à bois s’adapte à tous les cadres de vie.

Depuis quelques décennies, les habitants de la ville, comme de la campagne, ont choisi les modes de chauffage les plus pratiques et les plus modernes : le gaz et l’électricité. Mais aujourd’hui, les prix de ces derniers atteignent des niveaux jamais égalés. Et chacun réfléchit au meilleur moyen de se chauffer mieux en dépensant moins. Si l’on a la chance d’avoir une cheminée dans son appartement (c’est rare en milieu urbain, me direz-vous) ou dans sa maison, on a déjà une belle solution de secours. Et puis, n’est-ce pas romantique et délicieusement confortable de se retrouver dans un canapé face à un feu crépitant ? Je sais, je sais, la chaleur générée par une cheminée reste très localisée (environ 80 % de la chaleur produite est perdue) et ne peut en aucun cas remplacer un vrai chauffage. C’est là qu’intervient le fameux poêle à bois qui faisait le bonheur de nos foyers il n’y a pas si longtemps. Grâce à un design modernisé, une adaptation à tous les cadres de vie et à (presque) toutes les bourses, il retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse.

Choisir un insert ou un poêle à bois ?

Parmi les modes de chauffage existants, le bois est actuellement, et de loin, le plus économique. Mais alors, faut-il choisir plutôt un insert ou un poêle à bois ? L’insert, dont le foyer est fermé, peut être encastré, d’où son nom, dans une cheminée déjà existante. L’avantage, il est inutile d’installer un nouveau conduit. Le poêle à bois est lui un élément de décoration à part entière qui peut s’adapter aux petites superficies et qui diffuse une chaleur confortable et douce. Il nécessite l’installation d’un conduit, mais peut devenir la source principale de chauffage s’il est couplé à des radiateurs. Il en existe deux modèles, le poêle à granulés et le poêle à bûches. Le premier est recommandé comme chauffage principal car il a des atouts inégalables : facilité d’utilisation, autonomie, alimentation automatique, régulation de la température et possibilités de programmation. Le poêle à bûches est dit de masse, à accumulation ou à inertie quand il est destiné à chauffer l’ensemble des pièces. Lourd et massif, son rendement est élevé, mais il demande une installation complète et se place au centre du logement pour une parfaite efficacité.

Un spectacle au cœur du salon

On pourra préférer le poêle à bûches comme chauffage d’appoint, mais il devra obtenir un rendement minimal de 70 % pour obtenir le label Flamme Verte qui donne droit à un crédit d’impôt (30 % depuis le 1er septembre 2014). Attention, seul un bois parfaitement sec (deux ans à l’abri après la coupe) convient à votre poêle à bûches et il faut éviter les résineux qui encrassent les conduits. Les essences à privilégier sont le charme, le chêne, l’orme et le noyer. Il ne reste plus qu’à choisir le modèle qui correspondra à vos besoins et à votre décoration intérieure. Et en la matière, les industriels proposent aujourd’hui une gamme très vaste de modèles, des plus traditionnels aux plus futuristes. De formes arrondies, rotatifs, voire suspendus, les poêles à bois se choisissent aussi bien pour leurs performances que leur design. Leur vitre est beaucoup plus large qu’auparavant et le feu de bois peut devenir un véritable spectacle au cœur du salon.

Option « vitre propre » et « chauffe-plat »

Il existe de nombreuses options qui peuvent, même s’il s’agit de gadgets pour certaines, orienter votre choix. L’option « main froide », par exemple, permet de toucher la poignée, conçue dans un matériau spécial, sans se brûler, ou encore la « vitre propre » qui offre la possibilité de s’affranchir de la corvée de nettoyage. En effet, un filet d’air balaye celle-ci en permanence afin d’empêcher les dépôts. Enfin, les marmitons peuvent opter pour le « chauffe-plat » qui permet de maintenir au chaud un plat pas trop volumineux. En termes de prix, la fourchette de tarifs est large (500 à 3 000 € hors installation) car tout dépend du type d’appareil sélectionné. Le dernier argument pour choisir cette forme de chauffage est écologique. Le bois est une énergie naturelle et renouvelable en France car on reboise au rythme de la consommation. Concernant la qualité de l’air, le bois ne contient pas de soufre et libère dans l’atmosphère le carbone nécessaire à sa croissance. Il ne contribue donc pas à l’augmentation de l’effet de serre…

Pour en savoir plus :

www.se-chauffer-au-bois.com