Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

L’e-book, la lecture version numérique

Le plaisir de la lecture se transmet de génération en génération, quel que soit le support.

Le plaisir de la lecture se transmet de génération en génération, quel que soit le support.

Chaque année, de plus en plus de Français sont séduits par le livre numérique ou e-book, même si le phénomène suscite encore beaucoup d’interrogations auprès des inconditionnels du livre papier. Quels sont les avantages et les inconvénients de ce nouveau mode de lecture ? D’abord, on peut acheter le livre de son choix (un téléchargement prend moins d’une minute) sans avoir à se déplacer. En moyenne, un livre numérique coûte 25 % moins cher que son équivalent papier. Ensuite, c’est une véritable bibliothèque que l’on peut emporter avec soi grâce à une liseuse ou une tablette. La prouesse technologique est quand même extraordinaire… Surtout qu’il est désormais possible de surligner des passages qui nous plaisent, de prendre des notes, de grossir les caractères pour une meilleure lisibilité et même d’obtenir la définition d’un mot grâce aux dictionnaires intégrés. Bref, l’e-book est pratique et apporte un certain confort de lecture.

Plus de 130 000 titres disponibles

Côté défaut, on pourra toujours reprocher à l’e-book de ne pas avoir le charme délicieux du papier, de cet objet qui fait partie de notre histoire et de notre culture : le livre. Nous pouvons également critiquer le coût
encore un peu élevé des fameuses liseuses (entre 70
et 180 €), le tarif bien supérieur de la tablette s’expliquant par ses multiples fonctions en dehors de celle de la simple lecture. Le catalogue de titres disponibles pourrait être également un frein à la lecture numérique si l’on cherche un chef-d’œuvre de la littérature d’après-guerre. En revanche, les plus grands classiques (Victor Hugo, Flaubert, Proust, Jules Verne, etc.) sont proposés gratuitement. Depuis plus d’un an, tous les éditeurs jouent le jeu et l’essentiel des nouveautés est disponible dans ce format. Ainsi, ce sont plus de 130 000 livres qui peuvent être téléchargés à partir de librairies spécialisées, mais également de grandes marques comme Amazon ou la Fnac. Même certaines enseignes alimentaires s’y mettent en lançant directement des liseuses (la Nolimbook chez Carrefour) en association avec leurs propres librairies en ligne. Justement, quelle liseuse choisir si l’on décide de craquer pour le livre numérique sans investir dans une tablette ? Aujourd’hui, quatre fabricants se partagent ce marché : Kindle, Kobo, PocketBook et Bookeen.

Amazon est un leader incontesté

Avec la Kindle, Amazon propose un produit performant à un tarif très correct. Seul inconvénient : il oblige le consommateur à acheter ses livres uniquement dans sa boutique web. La Fnac parie sur la liseuse Kobo qui peut lire, comme la PocketBook ou la Bookeen, des e-books venus de toutes les librairies en ligne sauf… Amazon. Les principaux critères de choix, outre le prix et le catalogue, sont plus techniques. L’écran, basé sur la technologie de l’encre électronique (e-ink) assure un bon confort de lecture. Vous n’aurez pas beaucoup le choix de la taille puisqu’elle se situe entre 15,2 et 17,2 cm. C’est la résolution qui varie et là, il faut préférer la haute définition (jusqu’à 1 440 x 1 080 pixels) à une définition classique (600 x 800 pixels). Les modèles les plus chers intègrent un écran lumineux qui permet de lire dans le noir sans déranger son voisin. En termes de mémoire, on comptera communément sur 4 Go soit une capacité de stockage de 3 000 livres. Les lecteurs les plus gourmands ont de quoi être rassasiés. Si ça ne suffit pas, il existe des modèles qui disposent d’un port de carte mémoire. Pour les connaisseurs, la quasi-totalité des liseuses intègre une puce Wi-Fi pour se connecter sans fil à une librairie en ligne, tandis que certaines disposent aussi d’une connexion 4G.

Un livre peut circuler d’une génération à l’autre

Si un bon vieux bouquin est quasi éternel, qu’en sera-t-il de nos livres numériques ? Certains affirment que les e-books d’aujourd’hui ne seront plus lisibles sur les appareils de demain et qu’il faudra de nouveau télécharger chaque ouvrage. Les éditeurs ne veulent pas répondre pour l’instant à cette question délicate. Se pose également le problème de la transmission. Contrairement à un livre qui se prête à un ami ou un membre de sa famille et circule même parfois d’une génération à l’autre, l’e-book est protégé par un code associé à un nom. Impossible donc d’en faire profiter ses enfants ou ses petits-enfants, sauf de leur confier sa propre liseuse ou sa tablette. De quoi contrarier ce bon Victor Hugo qui disait : « La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire ». Et comment fait-on avec une liseuse, Monsieur Hugo ?