Logo du blog Le Bel Âge

Le Bel Âge : Le blog senior de Stannah

À Paris, toutes les lignes de bus sont accessibles aux handicapés.

Cette étape, conforme au schéma directeur de l’accessibilité, fixé par le STIF donne satisfaction aux personnes concernées mais le rayon d’action doit s’étendre hors Paris intra-muros.

L’objectif du Syndicat des Transports de l’Ile-de- France et de la RATP est de garantir d’ici 2015 la mise en accessibilité de l’ensemble du réseau. Ce dessein suppose de conserver un rythme soutenu pour parvenir à équiper 40 à 50 lignes en moyenne par an.

La mise en conformité de ces lignes suppose l’adaptation des points d’arrêts des bus et du matériel roulant. Le système fonctionne ainsi : la personne handicapée signale son désir de descendre. Le bus s’arrête, une palette rétractable est abaissée, constituant ainsi une passerelle pour le fauteuil roulant. Le conducteur du bus garde l’oeil sur son rétroviseur. Une fois le fauteuil sur le trottoir, la palette revient dans son logement, la porte du bus se referme et le véhicule repart.

Une ligne de bus est considérée comme accessible dès lors que 70 % de ses arrêts au moins sont accessibles aux handicapés. Sur 2 373 arrêts 1 845 sont désormais accessibles à Paris. Mais tout n’est pas toujours tout rose. Entre le conducteur qui s’arrête trop loin du trottoir, les pannes de rampe, les bousculades surtout à certaines heures, un trajet en bus peut ressembler à un parcours du combattant, remarquent certaines associations. On peut évoquer aussi les automobilistes indélicats qui stationnent même quelques petites minutes sur l’emplacement des arrêts. Ils empêchent la descente ou la montée du fauteuil roulant. Pour le métro, la tâche est ardue. Seule la ligne 14 est aménagée.

Des efforts sont aussi faits par la Région Ile-de- France, le STIF, la RATP pour faciliter l’accessibilité des personnes malvoyantes et malentendantes aux bus en équipant ces derniers de systèmes d’annonces sonores et visuelles. Lancé par le laboratoire Paris Région Innovation avec l’Institut de la vision, le projet Panammes (Projets d’aménagements nouveaux pour améliorer l’accessibilité de malvoyants, malentendants et sourds), auquel participe la RATP, prévoit en outre d’expérimenter des solutions innovantes destinées à améliorer l’accessibilité des personnes malvoyantes et malentendantes, avec par exemple la mise en place à certains arrêts d’une information sonore relative à l’arrivée du prochain bus.

Les associations de handicapés demandent également l’aménagement des accès pour les commerces, les musées…

Pour que tous et toutes puissent se déplacer et profiter des plaisirs de la Ville Lumière, sans restriction !